News

Truffle Capital brings you its latest news – in this section you will find news articles, press releases and videos from Truffle as well as updates about our portfolio companies.

You may also read the latest issues of Truffle Capital’s newsletter below.

March 2011 ,

Deinove

DEINOVE

Paris, le 31 mars 2011 – Deinove (Alternext Paris : ALDEI), entreprise de technologies vertes spécialiste mondial des bactéries Déinocoques appliquées aux biocarburants, à la chimie et aux antibiotiques, est ravie d’annoncer que, son co-fondateur et co-président de son Conseil Scientifique, le professeur Miroslav Radman, membre de l’Académie des Sciences, est le lauréat 2011 du prix FEMS LWOFF décerné par la Fédération des Sociétés européennes de Microbiologie. Miroslav Radman est distingué pour ses découvertes sur les mécanismes moléculaires de réparation de l’ADN et leur rôle dans le cancer et l’évolution des espèces ainsi que pour sa découverte du mécanisme permettant à la bactérie Deinococcus radiodurans de « ressusciter » en quelques heures en réparant et réorganisant son matériel génétique (ADN).

« Nous sommes ravis que Miroslav Radman soit le lauréat du prix FEMS LWOFF 2011. C’est une magnifique reconnaissance pour ses découvertes majeures sur le deinococcus, qui sont à l’origine de la création de Deinove. Aujourd’hui, grâce aux travaux brevetés de Miroslav, Deinove est la seule société pouvant exploiter des outils génétiques liés aux déinocoques et à pouvoir les utiliser pour des applications industrielles » souligne Jacques Biton, Directeur général de Deinove.

Les travaux de Miroslav Radman ont montré la capacité d’auto-réparation des déinocoques qui a rendu possible l’enrichissement de leur génome par évolution naturelle depuis 3 milliards d’années. Cette caractéristique unique leur a aussi permis de développer des capacités naturelles exceptionnelles d’exploitation de la biomasse en empruntant des gènes à d’autres organismes vivants, ce qui fait des déinocoques des candidats d’exception, très robustes et productifs, pour une exploitation industrielle.

Créé par le Professeur André M. Lwoff (prix Nobel de Médecine en 1965), le Prix FEMS-Lwoff récompense une personne ou groupe de personnes, travaillant et résidant de préférence en Europe, pour un projet remarquable spécialisé dans le domaine de la microbiologie. Le 4ème congrès de la Fédération des Sociétés européennes de Microbiologie, organisé en association avec la Société Suisse de Microbiologie, se tiendra à Genève du 26 au 30 juin 2011 prochain. Miroslav Radman prononcera à cette occasion une conférence honoraire, et recevra la médaille et le prix FEMS-Lwoff.

Le Professeur Miroslav Radman, Directeur du département 571 “Génétique moléculaire médicale” au sein de l’INSERM (Institut Nationale de Recherche Médical), né à Split (Croatie), est citoyen Français et Croate. Après des études de biologie et de physique-chimie à l’Université de Zagreb, il devient Docteur ès sciences de l’Université libre de Bruxelles en 1969. Il a été Professeur à l’Université libre de Bruxelles (1973-1983), Directeur de Recherche au CNRS (Institut Jacques Monod, 1983-1998), « Visiting Professor » aux NIH, Etats-Unis, de 1989 à 1990. Depuis 1998, il est Professeur à l’Université René Descartes-Paris 5 (Faculté de médecine Necker-Enfants Malades) ou il dirige l’Unité 571 Inserm « Génétique moléculaire évolutive et médicale ». Fondateur de MedILS (Mediterranean Institute for Life Sciences) à Split, Croatie. Membre du Comité intergouvernemental de Bioéthique de l’UNESCO (2006), co-fondateur de 4 start-up en biotechnologie, membre du Conseil de AXA Research Fund (2007) et Conseiller Scientifique auprès du Premier Ministre de la Croatie (depuis 2004). M.Radman a publié 191 articles scientifiques cités plus de 10.000 fois, et est auteur de 7 brevets. M. Radman a proposé en 1970 une hypothèse et un paradigme original, qui domine encore le domaine de la réparation de l’ADN, selon laquelle les mutations et réparations sont liées à une réponse globale de la cellule aux chocs génotoxiques, la réponse SOS. La découverte, en 1999, des « SOS polymérases », nouvelles enzymes de réplication spécialisées pour l’ADN lésé, a confirmé ces mécanismes.