News

Truffle Capital brings you its latest news – in this section you will find news articles, press releases and videos from Truffle as well as updates about our portfolio companies.

You may also read the latest issues of Truffle Capital’s newsletter below.

September 2011 ,

DEINOVE

  • Une position financière nette de 11,1 M€ à fin Juin 2011 qui couvre les besoins des programmes actuels de R&D jusqu’en 2013.
  • Le franchissement avec succès de la première étape clé du projet DEINOL (mise au point d’un procédé de production de bioéthanol cellulosique) qui a déclenché le versement d’une aide de 1,6 M€ par OSEO-Programme ISI (Innovation Stratégique Industrielle).
  • Des avancées notables des projets de R&D qui induisent une augmentation de 90% des frais de R&D, en ligne avec le planning des projets.
  • Sur le premier semestre 2011, une perte nette de 1,2 M €.

 

 

Paris le 16 Septembre 2011 : Deinove (Alternext Paris : ALDEI), entreprise de technologies vertes spécialiste mondial des bactéries Déinocoques appliquées aux biocarburants, à la chimie verte et aux anti-infectieux, publie aujourd’hui ses résultats financiers au 30 Juin 2011.

Le premier semestre de l’année 2011 a été marqué par l’avancée des programmes de Recherche et Développement, en particulier du programme DEINOL, qui a franchi avec succès sa première étape clé, déclenchant le versement par OSEO-Programme ISI d’une aide de 1,6 M€. Sur la période, la Société a dépensé 2,2 M€ de frais opérationnels, qui sont à 80% des frais de recherche et de développement ; elle disposait, au 30/06/2011, d’une position financière nette de 11,1 M€, ce qui devrait lui permettre, avec les aides publiques obtenues, de couvrir les besoins de ses programmes actuels de Recherche et Développement jusqu’en 2013.

Commentant les résultats de l’exercice, Jacques Biton, Directeur Général de Deinove, déclare : « Nous sommes particulièrement satisfaits des avancées scientifiques réalisées sur ce premier semestre. Nous avons non seulement mené le programme DEINOL conformément à notre plan de marche initial, mais nous avons de plus considérablement progressé dans l’élargissement de notre plateforme technologique qui vise à exploiter les capacités exceptionnelles des Déinocoques et à les utiliser dans des bioprocédés».

 


Les chiffres clés :

  période de 6 mois se terminant le 30 Juin
(en milliers d’euro) 2011 2010
TOTAL PRODUITS D’EXPLOITATION 636  –
     
TOTAL FRAIS OPERATIONNELS 2 177  1 168 
dont frais de Recherche & Développement 1 741  912 
dont frais administratifs et généraux 436  256 
     
RESULTAT D’EXPLOITATION -1 542  -1 168 
     
RESULTAT FINANCIER 125  -37 
     
RESULTAT COURANT -1 416  -1 205 
     
RESULTAT EXCEPTIONNEL -11 
     
Impôts sur les bénéfices (Crédit d’Impôts Recherche) -260  -271 
     
RESULTAT DE L’EXERCICE -1 167  -934 
     
  au 30/06/2011 au 30/06/2010
POSITION FINANCIERE NETTE 11 101  12 205 
     
TOTAL DE L’ACTIF 12 622  13 215 
     
TOTAL DES FONDS PROPRES 11 530  12 169 

 

Les faits marquants

Au cours de l’année 2010, sur les 1800 Déinocoques caractérisés issus de son souchier de plus de 6000 bactéries rares et uniques, Deinove avait réussi à identifier 2 bactéries présentant un potentiel remarquable de dégradation des principaux composants de la biomasse végétale. Ces deux bactéries (appelées « châssis ») sont capables d’opérer à des températures comprises entre 30° C et 60 ° C et à des niveaux de pH compris entre 3 et 10. Ces bactéries possèdent, en outre, une grande stabilité par rapport aux solvants, une robustesse et une stabilité biologique rares: ces caractéristiques font de ces bactéries des candidates avec un potentiel enzymatique idéal pour être intégrées à des processus industriels visant l’hydrolyse et la fermentation de la biomasse végétale.

Grâce aux premiers travaux d’optimisation génétique réalisés en 2011, la production d’éthanol des souches-châssis a été significativement augmentée par rapport aux souches sauvages. Ces bactéries optimisées pourraient ensuite être implantées dans des installations existantes de production de bioéthanol.

De plus, Deinove dispose maintenant une véritable « boite à outils » lui permettant d’insérer de manière stable un gène codant pour une enzyme dégradant la biomasse et de pouvoir optimiser ces bactéries.

En dehors de DEINOL auquel elle consacre  environ 70% de ses ressources, la Société mène parallèlement deux autres programmes:

–       Le programme « Antibiotiques », composé des projets : DEINOBIOTICS et DEINOPHARM. Deinove a continué sur ce premier semestre les travaux de criblage, à partir des bactéries du souchier, et de sélection des activités antibiotiques. En cas de succès, le programme de travail poursuit aussi l’identification de structures originales qui pourraient permettre de lutter contre des infections résistantes aux antibiotiques existants, un enjeu majeur de santé public au niveau mondial.

–       Dans le cadre du programme chimie verte, les bactéries les plus originales du souchier ont été criblées pour identifier les bactéries produisant naturellement des composés chimiques d’intérêt industriel. Un projet d’envergure, DEINOCHEM, est en cours de structuration qui permettra de développer des bioprocédés de seconde génération alternatifs aux procédés pétro-chimiques.

Par ailleurs la Société a reçu en Mai confirmation de la délivrance de son brevet fondateur  intitulé «Procédé d’Ingénierie Chromosomique utilisant un nouveau système de réparation d’ADN », de la part de l’Office Européen des Brevets. Ce brevet, dont l’inventeur principal est le Pr. Radman, co-fondateur de Deinove, couvre un procédé d’ingénierie génétique exploitant la capacité unique d’auto-réparation des Déinocoques. Ce brevet constitue la pierre angulaire du portefeuille de propriété intellectuelle de la Société, qui comporte également neuf autres demandes internationales de brevets.

Les résultats financiers du premier semestre 2011

Sur le premier semestre de l’exercice la société à reçu 0,6 M€ de subventions de la part d’OSEO-programme ISI pour le projet DEINOL.

Les frais opérationnels de la période se sont élevés à 2,2 M€, en croissance de près de 90% par rapport à la même période de l’année précédente. Cette augmentation s’explique par la progression des frais de Recherche et Développement qui représentent près de 80% des frais opérationnels de la Société, ce qui reflète l’accélération des activités et les avancées des projets de développement. 30% des dépenses de Recherche et Développement sont réalisées en externe, en particulier au VTT (Finlande), au CNRS et à l’INSA.

Les placements de la trésorerie ont généré des revenus financiers de 86 K€. Les cessions d’actions propres se sont traduites par un gain net de 40 K€, du fait de l’évolution favorable de l’action Deinove sur la période.

Le Crédit d’Impôt Recherche (CIR) de la période a été estimé à 260 K€ contre 271 K€ l’année précédente, impacté à la baisse par l’imputation des aides publiques sur le montant de l’assiette utilisée pour calculer le CIR.  

Le premier semestre de l’année s’est soldé au total par une perte de 1,2 M €.

 

Une situation financière solide

A fin Juin, la société disposait de placements mobilisables à tout moment, d’instruments de trésorerie et de liquidité, pour un montant de 11,3 M €.

Ces liquidités ont été placées sur différents supports en fonction des besoins prévisionnels de la société. 4,8 M€ ont été investis dans des comptes à terme et 6,2 M € dans des obligations émises par des établissements industriels et financiers de première catégorie, aux échéances s’étalant entre début 2012 et début 2014, permettant un rendement plus attractif.