20201021_cbanque_nickel.jpg
FinTech Actualité

Chez Nickel : des transferts de cash à prix négociés grâce à Monisnap, FinTech incubée par Truffle Capital

C’est une fintech française spécialisée, Monisnap, qui s’est chargée de l’interface entre les deux services, et qui assurera le service client.

En plus de la carte bancaire, des virements et des prélèvements, Nickel permet désormais à ses clients d’envoyer de l’argent liquide partout dans le monde, grâce à un partenariat avec le réseau Ria Money Transfer et la fintech française Monisnap.

Aider ses clients à payer et être payé : c’est la promesse historique de Nickel, le compte de paiement à bas prix (20 euros par an) distribué en bureau de tabac. C’est aussi, sans doute, l’une des causes de son succès : plus de 1,7 million de clients revendiqués. Les clients Nickel pouvaient déjà régler leurs achats, en magasin ou en ligne, avec leur carte bancaire ; envoyer et recevoir des virements SEPA ; domicilier des prélèvements. Désormais, ils peuvent également effectuer des transferts d’argent liquide, partout dans le monde.

La filiale de BNP Paribas vient en effet de dévoiler un partenariat avec Ria Money Transfer, un concurrent de Western Union ou de Moneygram disposant de 435 000 agences dans plus de 150 pays. Les clients Nickel pourront s’appuyer sur ce large réseau pour envoyer des espèces, directement depuis leur application mobile ou leur espace client en ligne, sans avoir à passer par une agence. C’est une fintech française spécialisée, Monisnap, qui s’est chargée de l’interface entre les deux services, et qui assurera le service client. Côté prix, Nickel promet un premier transfert gratuit, puis des tarifs négociés, « beaucoup plus compétitifs qu’en agence »: « Les frais appliqués répondent à une grille tarifaire claire et sont composés de frais fixes en fonction du pays de destination et d'une commission sur le taux de change », détaille les partenaires dans Les Echos. En moyenne, le coût moyen sera inférieur à 5% de la somme envoyée. »