artedrone_taille640_604a2a7033c5c.jpg
Actualité

Les microrobots de demain : les sociétés de Truffle Capital, ARTEDRONE et Caranx Medical, dévoilées dans CNEWS

Considérés comme la prochaine révolution majeure pour notre santé, les microrobots capables de réparer notre corps vont radicalement changer le visage de la chirurgie et des interventions médicales. CNEWS lève le voile aujourd'hui sur deux projets, dénommés ArteDrone et Caranx Medical, tenus encore à l'abri des regards.

Des robots autonomes de la taille d'un grain de riz capables de déboucher une artère afin de soigner un AVC, d'intervenir pour prévenir une rupture d'anévrisme ou encore d'effectuer des traitements de microradiothérapie sur une tumeur, voici à quoi devrait ressembler les actes chirurgicaux de demain, sur lesquels mise le fonds d'investissement Truffle Capital. Plusieurs dizaines de millions d'euros ont ainsi été investis depuis deux ans dans ces nouvelles technologies qui mobilisent actuellement des chercheurs et des ingénieurs venus d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Asie.

GUIDER UN ROBOT À TRAVERS LE CORPS HUMAIN

«Afin de bien comprendre cette révolution, nous pouvons résonner par analogie avec l'histoire de l'aviation, analyse le Dr. Philippe Pouletty, directeur de Truffle Capital et pionnier dans les biotechnologies. Il y a 30 ans, les pilotes de ligne prenaient de multiples décisions lors de leur vol et dans les phases d'atterrissage. Avec l'invention du GPS puis des algortihmes d'intelligence artificielle, aujourd'hui il est possible pour l'autopilote de décoller depuis Roissy-CDG et d'atterrir à JFK à New York par temps de brouillard, sans qu'un pilote n'intervienne. Dans le domaine médical, la même révolution est en train de se dessiner. Il y a 30 ans, pour enlever un caillot responsable d'un AVC ou guérir d'un cancer de la prostate, il fallait un brillant chirurgien et son savoir-faire. Désormais, la prochaine révolution passera par la robotique autonome, puisque l'imagerie médicale couplée à des marqueurs et des biocapteurs, joueront le rôle d'un système GPS, pour guider à tout moment un robot à travers le corps humain».

Concrètement, deux projets différents mais complémentaires permettront au personnel médical d'intervenir selon les cas. Le premier, ArteDrone s'appuie sur des microrobots autonomes ne dépassant par les 2 à 5 mm. Comme le montre la vidéo ci-dessus, ceux-ci auront pour première vocation de traiter les AVC (accidents vasculaires cérébraux), 3e cause de mortalité et 2e cause de handicap.

UN SYSTÈME DE GUIDAGE MAGNÉTIQUE

«Lorsque survient un AVC, un neuroradiologue n'a que deux à quatre heures pour déboucher l'artère bloquée par un caillot, sinon le tissu cérébral meurt. Avec les microrobots, l'idée est similaire au guidage d'une petite voiture autonome sur une route départementale qui devra prendre plusieurs virages. ArteDrone, vise ainsi à injecter un robot depuis votre carotide. Comme une petite barque sur une rivière, le microrobot va se laisser d'abord porter par le flux sanguin. Vient ensuite l'étape de son pilotage lors des bifurcations. Avec l'imagerie médicale, il sera possible de le diriger en couplant l'imagerie à un système de guidage magnétique. En clair, des aimants vont tourner à grande vitesse autour de votre crâne permettant d'orienter le robot pour remonter jusqu'au caillot», commente le Dr. Philippe Pouletty.s

Article CNEWS