truffle_capital_fintech_l_agefi.jpg
FinTech Actualité

Truffle Capital continue de miser sur les fintech

"Le Covid-19 ne freine pas notre stratégie, c'est un facteur d'accélération. Chacun d'entre nous a fait l'expérience de la digitalisation des nouveaux métiers, c'est un contexte favorable pour les fintech", Bernard-Louis Roques, co-fondateur et directeur général de Truffle Capital

Créé en 2001, dans un contexte de crise, le fonds de capital-risque Truffle Capital veut montrer qu'il a les reins solides face au Covid-19. "Nous pensons que nous allons accélérer et non pas ralentir avec la crise, nous pensons faire entre sept et huit nouveaux investissements dans les fintech d'ici fin 2021", explique à L'Agefi Bernard-Louis Roques, co-fondateur & directeur général de Truffle Capital.

En décembre 2019, le fonds de capital-risque a levé 400 millions d'euros, dont 140 millions consacrés au secteur des fintech. "Nous arrivons à utiliser l'intelligence artificielle dans de multiples domaines qui peuvent permettre de révolutionner l'approche de certains métiers, comme des métiers de scoring. Notre deuxième pari est de marier ces technologies avec le métier de la finance afin qu'il soit amélioré, augmenté", précise le dirigeant.

Le fonds a ainsi investi dans sept start-up telle que MoneyTrack, spécialisée dans le paiement dirigé en utilisant la blockchain ou encore Monisnap, qui permet de transférer de l'argent à l'international avec son smartphone. Malgré le contexte de crise, le fonds a vocation à doubler la taille de ces fintech, en augmentant son investissement dans chacune des sociétés. "Le Covid-19 ne freine pas notre stratégie, c'est un facteur d'accélération. Chacun d'entre nous a fait l'expérience de la digitalisation des nouveaux métiers, c'est un contexte favorable pour les fintech", poursuit Bernard-Louis Roques.

Ce dernier reste néanmoins lucide face à l'impact du coronavirus sur le secteur financier. "Nous pensons que le BtoC est plus impacté que le BtoB. Face à la stratégie de certaines banques traditionnelles dans le contexte du Covid-19, il est certain que quelques néobanques ont plus de difficultés en termes de business model", ajoute-t-il.

La crise du Covid-19 a entraîné une baisse des montants levés par le capital-risque. Selon le dernier baromètre du Journal du Net, les fintech ont levé 6 milliards de dollars dans le monde au premier trimestre, contre 11 milliards au dernier trimestre 2019.

"Il y aura moins d'investissements généralistes et de venture capital. Mais cela ne sera pas déstabilisant pour nous : malgré la raréfaction des investissements, si les valorisations sont plus modérées, cela peut être une opportunité", explique le dirigeant.

Dès 2014, Truffle Capital a commencé à s'intéresser aux fintech, en créant un incubateur lui permettant de lancer six start-up. Depuis sa création, le fonds a accompagné 70 entreprises et revendique 1,1 milliard d'euros sous-gestion.