s_p_cfnews_17_02_21.jpg

Smile&Pay : un nouveau tour pour développer le commercial et le marketing

"Nous avons voulu renouveler avec Truffle Capital ce duo qui se connaissait déjà de par leur investissement dans d'autres fintechs comme InnovOrder ou Luko, et pour lequel il y a de nombreuses synergies business au sein du portefeuille d'Evolem", Nicolas De Labarre, directeur général de Smile & Pay.

  • Le concepteur de solutions d'encaissement par cartes bancaires reçoit 5 M€ d'Evolem Start, lead, de plusieurs business angels et de son VC historique Truffle Capital, pour déployer le commercial et le marketing.

En qualité de partenaire technologique de 13 000 commerçants français, Smile & Pay, qui équipe ces derniers pour leurs transactions, a naturellement été aussi impacté sur l'ensemble de l'année 2020 par la crise sanitaire. La fintech, qui pour rappel, prend une commission sur chaque vente, a du en effet constater, au terme de trois mois, lors du premier confinement, 80 % de perte. Malgré une activité encore dégradée dans plusieurs secteurs comme la restauration ou encore l'évènementiel, avec notamment l'instauration du couvrefeu dans toutes les régions, la jeune pousse a enregistré un montant total de transactions de 105 M€, stable sur l'année écoulée. Pour favoriser sa croissance commerciale, Smile & Pay construit un nouveau tour de table de 5 M€, mené par Evolem Start.

La FinTech, qui avait déjà levé successivement auprès de Truffle Capital entre 2014 et 2018, a choisi de solliciter à nouveau le capital-risqueur, au sein duquel il avait été incubé début 2016. Plusieurs business angels comme Michael Dayan, participent également à l'opération.

Depuis sa précédente levée de fonds en 2018, la fintech de 25 personnes s'est ouverte au e-commerce en proposant une offre click&smile, qui permet aux clients de prendre rendez-vous par téléphone ou par vidéo, puis d'aller chercher leur commande.

Pour celle-ci, la société propose un abonnement à 29 €/mois, et un taux de commission à 0,75% encaissé en boutique ou en ligne. La fintech souhaite également profiter de l'aide des 500 € du gouvernement, pour vendre ses terminaux de paiement (69-300 €), ainsi que des subventions distribuées par les régions, pratiquement toutes à hauteur de 50 %, sur les abonnements.

  • « Nous visons un développement en France, parce que la société y a connu bon un parcours, avec beaucoup de flux, mais l'investissement était principalement fonctionnel et technique, justifie Bernard-Louis Roques, directeur général de Truffle Capital.

Or, maintenant que l'attraction et que la demande sont là, nous voulons développer le commercial et le marketing, notamment avec de nouvelles fonctionnalités qui permettront d'intégrer toujours les solutions S&P dans l'écosystème français. »

Smile & Pay, dont l'effectif pourrait passer à cinquante personnes d'ici la fin d'année, devrait ainsi renforcer tous les modes d'encaissement sans contact, les paiements de mobile à mobile sans terminal, mais aussi se développer sur certains segments d'activité, auprès des professionnels de santé notamment, avec l'acceptation de la carte vitale dans les terminaux de paiement, de la mise à jour des cartes vitales et de la télétransmission.